Articles

Immersion dans une ferme laitière

22/06/2018

Le challenge

Montrer le savoir-faire laitier français 

« Le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière (CNIEL) représente l’ensemble des acteurs de la filière, des éleveurs aux transformateurs », explique Noëlle Paolo, responsable des études et de la stratégie du CNIEL. « Pour ce webdocumentaire, nous avions un double objectif et différentes cibles. D’abord un objectif international : à la demande des éleveurs, nous souhaitions faire connaître l’origine des produits que nous valorisons et pour lesquels nous menons des actions de communication dans différents pays du monde, avec une cible centrée sur les professionnels laitiers et les influenceurs des pays. Le deuxième objectif était pédagogique, grand public et dirigé vers la France : il s’agissait de montrer la réalité de l’élevage, méconnue par un Français sur deux, et de balayer au passage un certain nombre d’idées reçues et de contre-vérités qui circulent sur le monde de l’élevage. L’objectif était de rassurer et de prendre nous-même la parole pour montrer vraiment la réalité d’une ferme laitière française aujourd’hui et expliquer le savoir-faire laitier français. C’est la première fois que nous réalisons une vidéo comme celle-ci avec une diffusion sur internet et les réseaux sociaux, là où sont également les critiques ».

L’idée

Une forme à la fois immersive et informative

Intitulé « A l’heure du lait », ce webdocumentaire, réalisé avec l’agence Sweet Punk, emmène ainsi le spectateur vivre une journée au cœur d’une ferme laitière française. « Le but était d’avoir un support de communication pour montrer la réalité de l’élevage laitier français », précise Rémi Grousset, chef de projet digital pour l’agence Sweet Punk. « Suite à l’étude du brief nous avons proposé deux clés de lecture pour s’adapter aux différentes cibles et avoir un webdocumentaire de douze minutes pour répondre aux questionnements du grand public. Nous voulions une forme très facile d’accès et très immersive, qui transporte le spectateur dans la vie d’une ferme, et également mettre en avant des fiches complémentaires pour creuser le sujet car il y avait énormément de choses à dire, c’était l’un des challenges de ce projet ». « À l’heure du lait » se veut ainsi « un parfait équilibre entre narration et information ». « Nous avons aussi voulu mettre en avant la poésie et l’émotion que nous avons ressenti le temps du tournage, ce qui est aussi passé par une création musicale originale », ajoute Rémi Grousset.

Le plan média

Une chaîne Youtube dédiée

Accessible depuis l’adresse www.ferme-laitière-france.com et sur la chaîne Youtube dédiée, le webdocumentaire « A l’heure du lait » a été lancé en octobre 2017 et présenté au grand public au Salon de l’Agriculture 2018, sur le stand des Produits laitiers. 

L’impact

Une réussite qui en appelle d’autres

« Ce film a suscité beaucoup d’intérêt. C’est une grande réussite aussi bien en France qu’à l’international, souligne Noëlle Paolo. Nous travaillons déjà sur un deuxième webdocumentaire qui sera une immersion dans les usines de transformation. Ce sera l’occasion de voir ce qui se passe réellement dans les usines puisque les Français s’interrogent sur « la boîte noire de l’industrie ». Ce sera un moyen de faire entrer les internautes dans les usines pour qu’ils voient comment sont fabriqués les produits laitiers ».

 

Décryptage

La parole à l’éleveur. Bruno, éleveur laitier breton, accueille le spectateur dans sa ferme laitière dans la famille depuis trois générations. La narration, effectuée sur 24 heures, permet de suivre le quotidien de l’éleveur et de ses vaches, de la première traite à 6h34 au retour de pâturage le soir. Des informations sont distillées au fur à mesure de la journée, comme par exemple « les vaches consomment 24 kilos d’herbe fraîche par jour ».

  • CNIEL

CNIEL

Noëlle Paolo, responsable des études et de la stratégie

0
commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.